Édito

La saison 2018-2019 sera la 7e saison que je propose au Théâtre du Parc. 7 ans !
Ne dit-on pas que c’est l’âge de raison ? L’âge où la « jeune personne » acquiert un nouveau stade de logique, une nouvelle compréhension du monde environnant, où une nouvelle conscience morale naît, avec les notions de bien, de mal, de justice…
Bon nombre de spectacles présentés ici s’attèlent à éveiller nos consciences, par des propos engagés sur les inégalités sociales, sur les violences, les injustices qui traversent nos sociétés. Certains, par un rappel de l’Histoire, nous invitent à tirer ses enseignements, tout en nous enjoignant un devoir de mémoire. Mais il s’agit d’aller un peu plus loin, en ne considérant pas la linéarité de la vie, mais bien ses complexités, ses dualités, ses paradoxes. En cela, l’art et la culture nous éclairent ; ils nous donnent à voir et à entendre nos multiples états d’être, pour mieux les accepter et les lier entre eux. Face aux injonctions qui nous arrivent de toute part, le théâtre œuvre à créer la jonction.
Faut-il être raisonnable ou déraisonnable ? Dans cette conscience nouvelle du 7e âge, ces deux notions peuvent dialoguer. Le véritable noeud ne résiderait-il pas plutôt dans l’absence de raison ? Comme l’absence d’alternative consistant à faire croire que « nous n’avons pas d’autre choix ». Est-ce bien vrai ? Les artistes ont cette faculté d’ouvrir, par leur travail de création – au sens propre du terme – de nouvelles voies pour la pensée, au-delà du diktat des courants hégémoniques.
— 
Le Théâtre du Parc est conventionné Scène départementale et Scène régionale ; nous nous en réjouissons ! Nous continuerons, avec une légitimité renforcée, à vous proposer une offre significative de spectacles, une exigence de qualité et, surtout, un travail de sensibilisation et d’éducation artistique, peu quantifiable dans ses effets, encore moins rentable, mais ô combien nécessaire pour les générations futures.
Vous êtes chaque année plus nombreux à fréquenter le théâtre, c’est vrai ! Depuis trois saisons, le seuil symbolique des 1 000 abonnés est largement dépassé. Un nombre important certes, mais en réalité, chaque personne et chaque signe de confiance reçu comptent ! De là, nous tirons notre énergie et notre enthousiasme.
Je remercie également les élus de la Ville pour leur soutien indéfectible, toujours aux côtés du théâtre pour permettre à chaque saison de s’épanouir. Ce qui paraît normal ici ne l’est pas partout, loin de là. La Culture en tant que service public est une orientation politique, alors quand le politique répond présent avec engagement, il est bon de le reconnaître.
7e saison, nouveau triptyque en perspective, nouvelle ligne graphique ! Le théâtre ne s’accommode pas de la routine, sa nature le pousse à surprendre et se surprendre lui-même, être là où on ne l’attend pas. C’est peut-être notre caractéristique, celle d’un théâtre investi, audacieux, où il y a ce petit plus qui fait qu’ « on vient voir un spectacle mais pas que… ». Cet esprit du théâtre, nous le cultivons par des temps de rencontre, de convivialité, de discussion, le temps d’un verre, d’une assiette gourmande, d’un repas partagé. Nous partageons aussi, avec respect, le silence d’une salle plongée dans l’obscurité, où le dialogue, de la scène au gradin, se fait…
… im I palpable.

Patrice Melka